Prédicat: Disparition annoncée du Complément d’Objet Direct ?

 

Jusqu’à une date récente, dans les écoles, la construction des phrases était enseignée comme la composition des éléments suivants :

  • Sujet/verbe/complément d’objet direct/complément d’objet indirect/+ compléments circonstanciels de lieu, de temps, de moyen, ….                                                         Mais comme il semblerait qu’aujourd’hui les petits français ont de plus de plus de mal à comprendre les enseignements du français… (???), aussi, les pédagogues de l’Education Nationale ont remanié les programmes et les méthodes.                                                                                                                  Désormais, la phrase est ramenée à deux éléments simplifiés : sujet et prédicat .
  • Le (groupe sujet), est-il besoin de le redéfinir ?
  • Le Predicat : tout le reste de la phrase (Verbe/Coi/Cod……)                                                                                                                                                                                                                      Le sujet fait débat, selon certains il condamnerait même toute notion de COD. Déjà, quand je constate dans les écrits (même sur le site très élitiste des dentistes)  le nombre de verbes rédigés au passé composé qui au lieu d’afficher un participe passé ( j’ai demandé, nous avons marché….) sont écrits à l’infinitif en -er, je me demande quel sort sera réservé à l’accord du participe passé décliné avec son auxiliaire avoir .                       Exemple :
  • Passé composé transitif : Nous avons ramassé les pommes :  Nous (sujet) verbe (avons ramassé) les pommes (COD) .
  • Passé composé forme intransitive (COD placé devant le verbe)  que nous avons ( passé composé) ramassées  (participe passé de ramasser s’accorde avec le Complément d’Objet Direct placé avant l’auxiliaire avoir) dans le jardin ( CC lieu) » .  Avec une telle réforme, il se pourrait qu’on fasse évoluer le Français dans quelques années  ainsi : Les pommes que « j’ai ramasser » dans le jardin.    Vouloir permettre l’accès à un français plus facile pour tous les enfants est une idée généreuse.

    Rencontre entre le savoir et l’apprentissage.

    Mais à vouloir niveler ainsi par le bas, à abaisser le niveau d’exigence, n’est-ce pas le niveau général d’une classe, d’une école, d’une génération (ou de celles à venir) qui est pénalisé ?                                 Aujourd’hui, l’école nous rappelle sa seule mission d’instruction (et non d’éduquer qu’elle renvoie aux parents).  Mais si le niveau général baisse autant dans les salles de classe au point d’en être obligé de re-détailler la pédagogie de la langue, que vaudra réellement une bonne note dans les années à venir aux yeux des pédagogues de l’Education Nationale ?

  • Le débat sur RMC :

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-1201-radio-brunet-14h-15h-363934.html

Ce contenu a été publié dans Echos d'un Papa Poule. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.