Le Français à l’école : quelques observations depuis le terrain ….

 

Image2-néon-entendu-vu

 J’ai déjà écrit un post à ce sujet il y a quelques semaines. http://matheossianconsult.com/esprit-national-es-tu-toujours-la/

Cette fois-ci c’est dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale et sur un chaîne de Télévision périphérique qu’est abordé le sujet. Pour les parents qui le souhaiteront, l’arabe pourra être enseigné aux enfants des Cours élémentaires.  L’une des raisons évoquées serait le contrôle d’une éventuelle radicalisation.

Mais,  ce que dit le tract reçu récemment dans le carnet scolaire de mon fils et signé par l’Académie de Versailles,  les enseignants ne seraient ni nommés et financés par l’Education Nationale mais par l’étranger… et le sujet du débat dépasse la simple éducation par l’apprentissage de la langue arabe. Autres langues qui seront enseignées : Croate, Arabe, Espagnol, Italien, Portugais, Serbe et Turc. Mais rien pour le Bambara, le Soninké, le Polonais, le Yddish, le Russe, le Grec, le Vietnamien…..

Jeudi 26 mai 2016 Mr BOURDIN invite la député A. GENEVARD  laquelle s’est insurgée contre ces mesures.  Voir le parti pris plutôt étonnant du présentateur……………..

http://rmc.bfmtv.com/emission/apprentissage-de-l-arabe-on-n-a-pas-besoin-de-ca-en-ce-moment-estime-annie-genevard-lr-977477.htmlLe tour de table de la rédaction: Donald Trump ne veut pas de la COP21   

Mercredi à l’Assemblée nationale, la députée Annie GENEVARD a interpellé la ministre de l’Education nationale sur l’apprentissage de l’arabe lors des traditionnelles questions au gouvernement. La députée reproche à la ministre « de réduire par la réforme du collège la place du Français, celle des langues anciennes qui sont nos racines ». La maire de Morteau craint que cette introduction de langue communautaire mine la cohésion nationale.   « Je pense que personne ne peut nier que dans les communautés de langue arabe, il y a une tendance au repli sur soi, au communautarisme et je pense que c’est dangereux, juge-t-elle. La priorité doit être donnée au français et particulièrement chez les enfants d’origine étrangère qui souvent arrivent à l’école maternelle sans parler français. Il faut encourager ce qui est commun plutôt que ce qui clive. On n’a pas besoin de ça en ce moment ».

De mon point de vue, le repli sur soi n’est pas le seul argument recevable.  En effet dans une classe où beaucoup d’enfants ne sont pas « french mother tongue »,Afficher l'image d'origine j’ai constaté à les écouter que  l’enseignant doit consacrer plus de temps à ces « exceptions » et même dispenser des cours de soutien pendant les pauses méridiennes.

Conséquences  : le niveau général de connaissances dans ces classes a chuté brutalement, les programmes sont parfois précipités en fin d’année, les ‘bons’ sont parfois plutôt juste de simples ‘Moyens’ au lieu d’être des cracks…………. Et cerise sur le gâteau, les devoirs ne sont plus obligatoires.  Mais de ces réalités,  Mr BOURDIN n’en a peut être aucune idée. Nous parents d’élèves le vivons au quotidien.  C’est bien le français et sa culture qu’il faut promouvoir et par ce fait créer de l’intégration….

Ce contenu a été publié dans Echos d'un Papa Poule, Jalan, jalan (j'avance). Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.