Gestion des Copropriétés : Intérêts collectivement personnels ?

Quand on est titulaire d’un mandat, il y a de l’indécence à mettre en avant son intérêt personnel au détriment de l’intérêt général. Pourtant, çà s’est vu…. entrer au Conseil Syndical, mettre le Syndic sur la touche jusqu’à ce qu’il donne sa démission, ignorer les priorités de l’immeuble, à savoir sa conservation et sa salubrité,  pour se concentrer sur son propre projet de spéculation immobilière au sein de l’immeuble.    Il est vrai que la tendance en matière de charges de copropriété est bien de renégocier certaines dépenses quitte à supprimer des postes inutiles. Des entreprises se sont spécialisées dans la recherche d’économies de charges et c’est dans les attentes actuelles des propriétaires qui voient s’envoler les charges depuis quelques années.Image result for super héros Conséquence  : Qui pourrait s’opposer à leurs projets de racheter de la partie commune à vil prix, ….ils sont si gentils et si dévoués pour les autres et ils proposent des « sous ». ! Mais derrière ces sourires carnassiers, on peut lire l’attrait développé pour l’intérêt personnel   .  ‘Les problèmes de stucture (toiture, balcons, infiltrations, ravalement,…)  sont  prioritaires, mais nous verrons plus tard « ! tel est le langage entendu de façon répétitive à chaque exercice. En fait, il faut  comprendre : « dès que j’aurai fait mon opération spéculative,  et dégagé d’ici….  » il  pourra être question enfin de vos travaux, mais moi, aucune intention de payer, je serai loin…. »

Comment  faire obstacle à de tels agissements ? L’une des réponses pourrait être l’utilisation de l’article 26 de la Loi du 10 juillet 1965.  Faire en sorte que la plupart des copropriétaires ne se déplacent pas. Très politiquement et afin de ne pas s’attirer de l’inimitié rageuse, ne pas voter par absentéisme sur un article à double majorité de l’article 26 permet de faire obstacle à de la vente à vil prix des parties communes. Pas de vote contre,  ou abstention pour les plus courageux impactent directement les 50% de propriétaires et les  2/3 des tantièmes exigés pour valider ce genre de cessions très spéciales.  Et une fois le refus acté, plus question de revenir dessus à l’AG suivante,  l’a 42 est formel, en la matière, la décision est définitive. ……/….

Ce contenu a été publié dans Gestion des Copropriétés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.