Gestion des Cabinets dentaires : Assistance libérale et statuts.

Image-logo-netB

30% des praticiens libéraux  travaillent seuls et sans assistance.

Rien d’étonnant, quand on sait qu’une assistante au minimum coûte par an entre  32 et 35 K€ avec les charges. Rapportez ce coût au CA moyen annuel d’un cabinet et vous constaterez que cette charge pèse entre 17  et 20% dans le CA du cabinet, réduisant terriblement la rémunération finale du Dentiste qui reste rappelons le un entrepreneur.  A Noter au passage que nos amis praticiens font un métier physique et stressant, aussi certains ne travaillent pas 5 jours mais seulement 4, voire 3 jours par semaine ce qui ne saurait leur être reproché. La solution d’une assistante à temps partiel semble alors une alternative louable tant en termes d’activité mais aussi de coûts. Pas sûr par contre que les candidates se bousculent au portillon ….

sourire radieuxLe recours à un contrat de professionnalisation peut s’avérer une solution pour peu que la candidate soit de valeur, qu’elle accepte un CDD de professionnalisation sur la base de 18 mois, 2 ou 3 jours au cabinet, 1 jour à l’école. Dans ce cas de figure, pour 32 h/semaine, le côut est ramené à 26 K€/an soit 12% du CA moyen.

Une troisième option peut s’ouvrir en cas de forte activité nécessitant un renfort des moyens du cabinet dentaire : l’Assistance libérale. Peu de candidates pour un sujet au contour et statut encore un peu flous …….

Résultat de recherche d'images pour "profession libérale"Quelques précisions sur le statut juridique de ces assistantes libérales et sur  la nécessité d’un cadre bien défini sous peine d’ennuis pour l’employeur. Une information juridique à lire pour les candidates au grand saut vers le libéral : Source EDITIONS TISSOT :  http://www.editions-tissot.fr/actualite/droit-du-travail-article.aspx?secteur=PME&id_art=4970&titre=Vous+faites+appel+%C3%A0+un+auto-entrepreneur+%3A+attention+%C3%A0+la+requalification+en+travail+salari%C3%A9+!

 » Est ainsi considéré comme travailleur salarié celui qui accomplit un travail pour un employeur dans un lien de subordination juridique permanente, défini comme « l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné ».

Autrement dit, les juridictions, qu’elles soient civiles ou pénales, ainsi que les services de contrôle (URSSAF, administration du travail et administration fiscale) sont libres de décider qu’une situation juridiquement présentée comme du travail indépendant révèle en réalité dans les faits du travail salarié déguisé et requalifier ainsi le recours à  un micro-entrepreneur en contrat de travail.

Pour cela, les services de contrôle, comme le juge lorsqu’il est saisi, analysent de manière concrète la relation qui lie les parties selon la méthode dite du faisceau d’indices.

Résultat de recherche d'images pour "profession libérale"Parmi les indices d’une relation salariée, peuvent être cités, sans que cela soit exhaustif :

  • l’initiative même de la déclaration en travailleur indépendant (démarche non spontanée, a priori incompatible avec le travail indépendant)
  • l’existence d’une relation salariale antérieure avec le même employeur, pour des fonctions identiques ou proches.
  • un donneur d’ordre unique ; (moi : démarchez, pour attester de l’ouverture de votre projet professionnel…)
  • le respect d’horaires ; (moi : attention au libellé des bons de commande ….)
  • le respect de consignes autres que celles strictement nécessaires aux exigences de sécurité sur le lieu d’exercice, pour les personnes intervenantes, ou bien pour le client, ou encore pour la bonne livraison d’un produit ;
  • une facturation au nombre d’heures ou en jours ; (donc mon conseil facturer de la prestation sans horaire de référence, ex : intervention  2 janvier 2016 …. TTC : 400 €)
  • une absence ou une limitation forte d’initiatives dans le déroulement du travail ;
  • l’intégration à une équipe de travail salariée ;
  • la fourniture de matériels ou équipements (sauf équipements importants ou de sécurité).

à suivre……………….

Ce contenu a été publié dans Gestion & Administration des cabinets dentaires.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.