Gestion & Administration des cabinets dentaires : le R.G.P.D.

RGPD : Traduction : Réglement Général pour la Protection des Données               Ce règlement désigne la directive européenne concernant le traitement et la protection des données personnelles,  informations dont la vie de plus en plus numérique dans laquelle nous évoluons démultiplie la diffusion. Publiée en 2016, cette disposition s’applique à compter du 25 mai 2018.

A l’échelle d’un cabinet dentaire libéral, l’impact est plus restreint que dans une entreprise de VPC ou de vente sur le net….. D’abord parce ce que les données sont pas ou peu en circulation à l’extérieur du cabinet, ensuite parce qu’elles sont protégées par le secret médical.                                                                            Essayons dans un premier temps de recenser les différents fichiers contenant des données personnelles, au sein d’un cabinet dentaire :

  • a) le fichier des dossiers patients (matérialisés ou numériques)
  • b) le registre du personnel obligatoire (s’il est tenu au sein du cabinet) 
  • c) le « carnet d’adresse » contenant des coordonnées et informations sur des correspondants, confrères, spécialistes…                                                                                                                                                                                                         Dans ce contexte, l’impact de la réglementation européenne sur le cabinet dentaire libéral à compter du 25 mai 2018 devrait être faible. Si dans une structure importante il faudra désigner une personne dédiée à ce sujet ( le Délégué à la Protection des Données), dans un cabinet de ville, le praticien ou son assistante administrative en assumeront largement la compétence exigée.      Il n’en reste pas moins que comme pour le dossier Accessibilité Handicaps (Tenue et mise à disposition d’une registre d’Accessibilité)  quelques obligations administratives astringentes n’ont pas été oubliées , puisqu’il faudra : 
  • a) Afficher en salle d’attente le document ci-contre (en plus…, mais il ne semble pas que les cabinets soient astreints à une obligation de format) ,      
  • b) Tenir un registre des traitements pour les trois types de fichiers cités ci-dessus .
    Il définit la liste des traitements de données, la définition de la finalité de chaque traitement, les périmètres des données, les acteurs concernés, les mesures de protection mises en oeuvre et les délais de destruction. Prévoir un sous registre pour toute violation, perte
     ou vol qui devront être déclarés auprès de la CNIL.                                      Observations :      Tous les Ordres des professions de santé, y compris l’Ordre des chirurgiens-dentistes, souhaitent l’alignement de la durée de conservation en cabinet de ville sur celle des établissements de santé, c’est-à-dire 20 ans. Mais rappelons que la responsabilité des professionnels de santé  à l’occasion d’actes de prévention, de diagnostic ou de soins se prescrivent par dix ans à compter de la consolidation du dommage.                                                                                                                      Il faudra donc savoir compter…. Avec le RGPD quelles actions en modification, le patient pourra-t-il faire valoir ?   A priori    a) Pas question d’appliquer son droit à l’oubli pour ses données de type médicales,  b)  Mais il faudra supprimer  toutes les coordonnées d’adresse, téléphone, mail, …à sa demande expresse.
Ce contenu a été publié dans Gestion & Administration des cabinets dentaires.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.