Esprit National, es-tu toujours là ?

Image2-néon-entendu-vuJ’avoue mon étonnement…. Distribué à chaque élève de la classe  de CP à CM1 dans l’école où est inscrit mon fils, ce document à entête de l’Académie et qui annonce « pour la rentrée 2016-2017 à destination des enfants d’origine étrangère, des enseignements* de leur langue et de leur culture dans les langues suivantes : Croate, Arabe, Espagnol, Italien, Portugais, Serbe et Turc. »

*Enseignements scolaires dispensés après la classe, durée 1h30 ou plus, résultats d’accords bilatéraux avec les pays d’origine.                                                          Quid des petits iraniens, chinois, sénégalais, maliens, russes, américains, anglais, allemands…?

Deux commentaires (sans arrière-pensées)  :

a) Petit fils de l’immigration arménienne, mon père a toujours inscrit comme priorité l’intégration de sa famille au sein de la Nation française. Les éléments de culture d’avant (majoritairement culinaires et festifs ) furent confinés au strict cercle privé familial.

Si,  comme dans le modèle américain, en France, chaque communauté peut faire vivre ses racines et sa langue (il serait absurde et infondé de s’y opposer …,)clé verte copie je n’oublie pas que les enfants américains tous les matins entonnent l’hymne US avec levée de drapeau dans les écoles… et sont prêts à aller se faire trouer la peau en Irak, en Afghanistan,…au nom de ce drapeau.

Cet exemple pourrait y s’appliquer au modèle français ? … A vous d’y répondre.

b) Les enseignants de l’école  nous expriment que le niveau assez moyen des classes s’explique par le fait que des élèves sont « à la traîne » sur les fondamentaux ;  pour certains qui ne parlent pas français à la maison, cette situation ‘créerait’  un’ handicap d’apprentissage’ Image7qui oblige l’enseignant à s’adapter pendant ses cours  et à organiser des heures  de soutien pendant la pause méridienne (à midi).

Plutôt que de vouloir amener tout le monde au Bac avec un niveau de plus en plus faible, ne faudrait-il pas au contraire muscler l’enseignement du français et de sa culture chez nos chers enfants, enfants des écoles de la République dont nous ne voulons pour eux  que leur réussite et leur intégration .

Ce contenu a été publié dans Echos d'un Papa Poule. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.