Drôles de trucs turcs …. ?

Mains-ouvertes-AMC-webSur ce site : http://www.armenews.com  (qui doit être un peu orienté,…..), un article  étonnant  qui dit, je cite : …/…

 « Des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères turc ont confirmé que des préparations étaient en cours. Ces fonctionnaires ont déclaré : “Le gouvernement envisage favorablement l’octroi des droits de la citoyenneté aux générations successives d’Arméniens qui ont perdu leur citoyenneté, s’ils le souhaitent. Ceux qui le veulent devraient pouvoir obtenir une carte d’identité et un passeport turcs. Ceux qui désirent retourner dans leurs terres historiques devraient y être autorisés. Les registres de propriétés foncières ottomans devraient être ouverts à tous.“. …/…   

J’ignore si les descendants de ces familles arméniennes victimes de l’empire ottoman en 1898 et 1915 seront séduits par une proposition d’attribution de la nationalité turque…..!

Ce propos concerne plutôt les  familles européennes, américaines, arméniennes, persanes, et de statut protégé**,(Les « Smyrniotes « ) familles qui bénéficiaient de privilèges et échappaient grâce à leur statut à l’administration musulmane à Smyrne, ville cosmopolite jusqu’à son  invasion par l’armée turque et son incendie en septembre 1922.

Cet Etat turc moderne, envisagerait-t-il  aussi de rendre leurs biens ou d’indemniser les familles franques et chrétiennes installées sur place depuis plusieurs siècles ?  Ces  familles ont tout perdu en septembre 1922 (y compris la vie pour certains), dans l’élan nationaliste armé mené par Mustafa Kemal Atatûrk (premier président de la République turc en 1923), combat destiné à récupérer une grande partie des territoires perdus par le traité de Sèvres. La question qui se pose est  : Quelle armée a envahi Smyrne en Septembre 1922 ? l’ottomane ou la turque moderne ? Selon la réponse, la responsabilité semble différente….

L’étude de mes origines fait ressortir un florilège de racines (françaises, italiennes, persanes***, arméniennes), en tout cas des familles chrétiennes qui ont vécu plusieurs siècles à Smyrne et se sont mélangées entre chrétiens pour ne pas vivre sous administration musulmane (Voir plus bas ‘Capitulations’**** et ‘Nations’ *****).

CHRISTINE-BALLADUR-MYGMP

Ma grand mère paternelle       Christine BALLADUR en 1938 à Paris.

Ma grand mère maternelle (Denise MICHEL) et ma grand mère paternelle (Christine BALLADUR,née en mai 1888) se connaissaient bien pour avoir toutes deux fréquenté les Dames de Sion*, établissement réputé pour son éducation des jeunes filles de bonnes familles chrétiennes vivant à Smyrne, Boudja, Bournabat, Cordelio…. . Nées toutes deux dans les années 1890, dans ce qui était à l’époque l’Empire Ottoman, elles ne parlaient pas………. le turc, mais le français.

Car  le français était la langue du commerce, et le signe extérieur de la différence. Ces non musulmans font du négoce à l’export, Mon arrière grand père Etienne MICHEL descendait d’une famille française originaire d’ALLAUCH près de Marseille et exportait vers l’Europe les raisins, abricots et figues séchés depuis Smyrne.

Le 13 septembre 1922, quand Smyrne brûle, mes familles sont évacuées par des bateaux français à destination de Marseille (présents devant Smyrne : le vaisseau amiral français, Edgar-Quinet, et le cuirassé, Jean-Bart, l’Ernest-Renan, le Hova, et le contre-torpilleur Tonkinois)Mon oncle Pierre, nouveau né, ne survivra pas aux conditions difficiles du voyage jusqu’à Marseille.

Haïk-der-MATHEOSSIAN-1890-1

Mon grand père Haïk disparu en 1922 à Smyrne.

Mon grand-père paternel Haïk (arménien membre d’une famille chrétienne propriétaire de vignobles), et qui travaillait  sur la ligne SOMA-PANDERMA (aujourd’hui BANDIRMA) pour une compagnie de chemin de fer à capitaux français disparaît en ce mois de septembre 1922, le 11. Il reste à son poste après avoir évacué sa famille vers le port de Smyrne. A-t-il fait partie des 150 000 arméniens évacués puis ensuite exécutés par les troupes régulières de l’armée Ata Turk ?  Nul ne sait. Le mouvement est nationaliste, il ne vise pas que les arméniens de la zone, les textes consultés font référence à des massacres des communautés arméniennes, grecques, mais aussi européennes.

Les Grecs, (ennemis héréditaires des Ottomans) sont en 1922 administrateurs de la zone de Smyrne en vertu du Traité de Sèvres, lequel démembre l’Empire Ottoman en  punition pour son engagement aux côtés de l’Allemagne. La Grèce obtient Smyrne et sa région dans l’ouest de l’Anatolie, la Thrace orientale (qui comprend Andrinople et Gallipoli, les îles d’Imbros et Ténédos..) L’Armée grecque sort de sa frontière dessinée à Sèvres et rêve de conquérir ce qui reste de l’empire ottoman (l’Italie, France et Grande Bretagne se  partagent le sud de l’Empire). L’armée grecque est battue…..par l’armée turque.

En 1918,  Smyrne n’est plus ottomane, mais en passe de devenir grecque… En 1922, quelle pouvait être la nationalité des chrétiens qui réussissent à s’exfiltrer ?  Je pense que ceux qui ont rallié la France, et qui n’étaient ni Français, ni protégés pas la France, ceux là ont pu profiter d’un passeport NANSSEN, document validant le statut d’apatride et crée par la Société des Nations (ex-ONU).

Un site qui parle bien de l’histoire et des familles  Smyrniotes                                                 http://www.levantineheritage.com

Annexes :

* L’ordre des Dames de Sion : ouvre en 1875 une Institution de jeunes filles dans la rue Trassa, à proximité du consulat français. L’établissement est fondé à la demande de l’archevêque latin de Smyrne. Il s’agit d’un pensionnat payant où l’enseignement est aussi dispensé uniquement en français. Il accueille au début des années 1890 une centaine d’élèves. (Source : LA FIN DE SMYRNE   Hervé GEORGELIN  Editions du CNRS)

*** Familles persanes : arméniens originaires de la région de Naxivan (Naktchichevan(a)) Naktchichevanoù ils ont été convertis au catholicisme par les pères dominicains. Au milieu du 18°, ils fuient les persécutions perses pour s’installer à Smyrne. Le Naktchichevan appartient aujourd’hui à l’Azerbaïdjan.

** La protection : se présente comme un lien juridique qui rattache une personne à un état et la fait jouir de certains droits et privilèges dérivés de sa qualité de national e cet état, sans lui conférer le statut de national  ni le statut personnel qui en  dépend. Le protégé d’un pays n’est pas soumis au paiement de la capitation que payent les sujets étrangers non musulmans.  Il peut faire appel à la protection du consul à tout moment et profiter des immunités de police et de juridiction dont profitent les sujets de l’Etat protecteur.

(Source : Vivre dans l’Empire ottoman: sociabilités et relations inter communautaires. François Georgeon et Paul Dumont)

****‘Capitulations’  :  Accords négociés avec les états et accordant aux Occidentaux dans l’Empire Ottoman un statut particulier dans plusieurs domaines : tarifs douaniers préférentiels, possibilité de voyager et de faire du commerce, liberté de pratiquer sa religion, inviolabilité du domicile, privilège de juridiction du consul sur ses ressortissants. Au XIXème siècle, les capitulations sont la cause de deux difficultés majeures pour l’Empire ottoman :   a)  les tarifs douaniers préférentiels accordés aux Occidentaux entraînent une dépendance de l’Empire ottoman aux produits manufacturés européens,      b ) sur le plan religieux, une grande part de la population ottomane, chrétienne et juive, passe sous la protection des puissances occidentales, échappant ainsi à l’autorité de la Porte et à l’impôt ottoman. Les capitulations sont abolies par le traité de Lausanne en 1923.  ( Source : Wikipédia)

*****‘Nations’ :  L.V MISSIR  (amilu@skynet.be) explique dans l’ouvrage de généalogie de la famille de mon grand père Fritz Rosaire  MISSIR,  que plusieurs administrations gèrent Smyrne : d’abord, la musulmane qui administre les musulmans. Les non musulmans (appelées les « nations ») sont eux, gérés soit par les chefs religieux (Patriarche grec, arménien, Grand rabbin), soit pour les autres par leur Ambassadeur, Consul  et Drogmans  : français, anglais, génois, belges, autrichiens …..(Généalogie de la Famille MISSIR, Livio Amédéo MISSIR, 1969)

Ce contenu a été publié dans Jalan, jalan (j'avance), avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Drôles de trucs turcs …. ?

  1. Elisabeth Narik dit :

    Merci Alain pour cet article très intéressant dont une partie sur nos ancêtres communs et nos familles respectives. Les informations concernant notre arrière grand père et, par extension, ma grand-mère paternelle (les Dames de Sion) m’ont fait plaisir.

    • Nos grand-mères étaient soeurs; nos origines communes sont les MICHEL, une famille provençale bien française qui s’est installée à Smyrne au 17° siècle.
      Notre arrière grand père, Etienne, exportait les fruits secs, (dont les fameux raisins de Smyrne).
      Il possédait un magnifique voilier, une résidence d’hiver à Smyrne dans le quartier européen et une d’été à Buca (prononcé boudja).
      Ses quatre filles étaient inscrites aux Dames de Sion.

  2. Ethan der Matheossian dit :

    Très bon article et interessant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.