Cabinets médicaux libéraux : bientôt des déserts de soins en Centre Ville ?

 Mains-ouvertes-AMC-webVoici un communiqué du CSMF  Jeunes Médecins (Confédération des Syndicats de Médecins Français) à propos de l’impact de la loi d’Accessibilité aux handicaps sur l’installation des médecins en centre Ville.

Rappelons qu’en vertu de la loi de 2005 applicable dés le 1° janvier 2015, tout nouvel Etablissement Recevant du Public de catégorie V doit respecter des normes  (portes 90 cm, ascenseur min.80 cm, WC 4 m2……..) avec dépôt de dossier en Préfecture. Mesures contraignantes pour les villes de + 200 000 habitants,  et surtout Paris et 20160107_123713communes attenantes pour des raisons historiques. Des aménagements  quasi impossibles à réaliser dans du haussmanien…………….  A noter que ces mesures ne visent pas que les fauteuils roulants mais aussi les femmes avec poussettes, les malentendants et malvoyants,… bref, tous ces gens dont on entend souvent dire par les praticiens qu’ils ne fréquentent pas leur cabinet médical. CQFD.Résultat de recherche d'images pour "www.csmf" Le texte du Communiqué :

« A l’heure où l’on parle de la désertification médicale, fruit du numerus clausus en médecine et de la mauvaise reconnaissance par l’Etat de la médecine libérale depuis de trop nombreuses années, les pouvoirs publics préparent-ils le coup fatal à porter à la médecine libérale dans les centres villes ? La loi sur l’accessibilité des locaux a de grandes chances de créer une désertification majeure de nombreux hyper centres villes. Sans bien évidemment remettre en question la nécessaire accessibilité aux personnes souffrant de handicap, l’application étroite de la loi pose des problèmes majeurs dans certaines situations particulières. Si les médecins déjà installés ont pu obtenir quelques dérogations, celles-ci ne seront pas accessibles aux primo-installants. De ce fait, si un jeune médecin a la volonté de s’installer il pourrait y renoncer devant la difficulté de trouver un local répondant aux normes exigées et le coût élevé des rénovations à entreprendre. L’Etat a accordé une exception à cette règle à la SNCF et la RATP. Pourquoi l’Etat fait-il une politique de deux poids-deux mesures ? La santé des français a-t-elle donc si peu d’importance aux yeux du gouvernement pour qu’on veuille à ce point amplifier le problème de l’installation des médecins ? Paris va-t-il devenir un désert médical, vu le coût de l’immobilier ? La CSMF JM demande que l’Etat prenne ses responsabilités sur ce sujet, et accorde aux cabinets médicaux libéraux les moyens nécessaires d’adaptation aux normes d’accessibilité ou de mettre à disposition des locaux adaptés. La santé des français le vaut bien « .

Ce contenu a été publié dans Gestion & Administration des cabinets dentaires.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.