Cabinets dentaires : Démographie professionnelle et formations

Image2-néon-entendu-vuCi- aprèsce qu’écrit un praticien libéral  sur un forum dentaire réservé aux dentistes et personnels dentaires.image-6-molette-parme Il  m’ a paru important de donner une assise plus large  à ces propos qui reflètent une réalité grandissante dont le grand public n’a pas le moindre soupçon.. alors qu’il est impacté pour ses soins dentaires.

Dans l’actualité de ce début mars 2016, la fermeture judiciaire d’une chaîne de centres dentaires « pseudo-low cost »  et le refus du Président du tribunal de laisser  un  autre groupe de même profil en faire  la reprise pour pratiquer un même type d’ exploitation ……(voir article  précédent : http://matheossianconsult.com/gestion-de-cabinet-quand-le-marketing-denature-les-fondamentaux/).

Image-logo-netBLes Centres de soins qui se créent depuis en appliquant une interprétation de la loi Bachelot de 2009  (http://www.gazette-sante-social.fr/826/analyse-juridique-detaillee-loi-hopital-patients-sante-et-territoires-dite-loi-bachelot#acces ) au profit d’intérèts capitalistiques privés, amènent de par leur création un nouvelle demande en praticiens salariés, salariés gérés comme des commerciaux avec des objectifs de CA quotidien.  

Dans son post, ce praticien ne dénonce pas seulement le nombre croissant de praticiens étrangers  issus de la CEE à la formation moins sélective à l’accès au diplôme, mais également des étudiants français qui vont décrocher leur diplôme à l’étranger dans des conditions  moins sélectives que ce que n’impose le numérus clausus français. (Le numerus clausus était de 1 200 en 2014. Sur 1 428 nouvelles inscriptions au tableau de l’Ordre en 2013, il y avait 399 diplômés étrangers (dont 204 Roumains soit 3 fois plus qu’en 2010) et environ 983 praticiens passés par le numerus clausus français. Le nombre de diplômés étrangers s’installant en France est en croissance exponentielle . Source CNSD).   Voici son propos :


 

« Actuellement des centaines de français vont acheter leur diplôme en Espagne et au Portugal . Et nous ne bougeons pas . Hier encore sur canal + , le petit dernier qui a raté sa paces ( 1° Année commune aux études de santé) (il l’a au moins tentée ) part à Porto chercher son titre . Coût estimé 100 000 euros . C’est rien Papa et Maman toubibs … 
Je lis avec effarement les posts sur Eugénol parlant à longueur d’année des lois 1901, ( Pour être en conformité avec la loi Bachelot, il faut adopter une structures Association 1901) des low cost … et des pathétiques querelles syndicales .
Et bien tout ceci est inutile car cette apocalypse est inévitable si nous sommes 60 voire 80000 dans 10 ans. Et on y va droit .
Un seul combat mérite d’être mené celui contre la multiplication des praticiens par le biais des diplômes UE . Les low cost ne sont que la CONSÉQUENCE de cet afflux de confrères . Sans eux personne à mettre dans ces boîtes de m…. .
(…/…) Les 3/4 des dentistes y bossant sont Espagnols ou Roumains .Certains n’ont jamais appris à faire une endo ( ie : Traitement des racines) . Et pourtant on les inscrit sans sourciller . Alors qu’on sait .On sait qu’ils ne sont pas au niveau . Même les Roumains le reconnaissent . Ils sont en demande de formation . Scandale sanitaire ? Oui . Mais la faute à qui ? Quand un patient sert de cobaye à un Espagnol pour sa première endo , on fait quoi ?  (…/…)

 Les toubibs ont renvoyé les internes roumains en deuxième année ( ce n’est qu’un début ) , faisons de même , ça calmera du monde . Nous sommes bien au delà du scandale … Et personne ne dit rien , la CARCD  (Caisse de Retraite des Chir-dentistes) va moins mal … ( ie : comprenez, elle a du mal à financer les retraites…) (…/…) 


 

Pyramide-des-âges-dentistes-2015

Source :  2015  DRES  et https://www.dynamiquedentaire.com

Un peu de statistiques :                                                                                                                      Au 1er janvier 2015   89% des 41 495 chirurgiens-dentistes Français ( Métropole+DOM) exercent en libéral.   35,8 % sont des femmes.   8,2 % ont moins de 30 ans dont 57,5 % de femmes.                   51,8 % ont plus de 50 ans. 6,4 % ont plus de 65 ans.  50 % exercent dans des agglomérations de plus de 200 000 habitants. 18,8 % exercent en zone rurale ou dans des communes de moins de 10 000 habitants.                                                                                        Source : Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES).Loupe-amc

Un peu de prospective démographique :  A partir des données ci-dessus, essayons d’ extrapoler une situation dans 12 ans  (2015+12 ans), soit une hypothèse de départ à la retraite de la tranche des plus de 50 ans en 2027  à 62 ans.                                                        

Calcul d’approximation : a)  41 495 chirurgien-dentistes (population totale en 2015) X 51,8% (les + de 50 ans en 2015).   Restent de la population initiale en 2027 : 21 494 praticiens.                                                                                                                                                                                                    b) maintien du numerus clausus actuel :  nouveaux inscrits au tableau de l’ordre : 1 428( base 2014) /an X 12 Ans = 17 136 nouveaux praticiens dont  étrangers  : 4 788 et 11 796 passés par le numerus clausus français. (Ecart de 550, peut correspondre aux français diplômés en Belgique, Espagne, Portugal…) 

Total population des chirurgiens dentistes en 2027 estimée à partir des données ci-dessus  : 21 494+ 17 136 = 38 630 individus.

Ecart par rapport à 2015 : 41 495 – 38 630 = 2 865 praticiens en moins. (- 7%).

Ce contenu a été publié dans Gestion & Administration des cabinets dentaires.. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.