Le « Rezo bazar » a-t-il encore une utilité ?

feuille jauneLe Réseau Bazar, rebaptisé depuis Rezo Bazar est une création que j’ai initiée en 2008. J’avais repris contact avec une ex-collègue qui prenait sa retraite. Pour elle qui avait déroulé toute sa carrière au sein du BHV, la transition s’annonçait angoissante. Le projet l’a séduite.

L’idée fît boule de neige et la chasse-recherche aux anciens BH devînt pour quelques anciens une sorte d’addiction . Après la culture de l’indice du Chiffre d’Affaire quotidien, cette collègue, aidée par d’autres commerçants « viscéraux », devint obsédée par la progression du nombre d’adhérents…… Aujourd’hui, ils sont 600… (so what ?)

A part quelques collègues que je qualifierai de ‘vigilants’, je n’ai jamais admiré l’intelligence à long terme des directeurs et acheteurs commerciaux du BHV. Leur vision stratégique consistait en un cri : ‘carpe diem!  »               ie : prendre le chiffre d’affaire maintenant, demain sera un autre jour ».  (L’enseigne managée selon le principe des baronnies a souvent refusé d’anticiper certains phénomènes de marché ou de concurrence et laissé ceux qui avaient faim grignoter ses parts de marché….)

Pour le réseau bazar, je ferai un parallélisme avec ce que chantaient les soldats de la grande guerre partant au front en 1914 : « on les aura », oui mais une fois qu’on les aura « qu’en fera-t-on ? ». Aujourd’hui, ils sont 600 noms inertes dans le réseau… so what ?

Le rezo bazar s’est bâti sur une émotion, permettant ainsi à ceux qui s’étaient perdus de vue de se retrouver sans formalisme. (Je reste convaincu que tout le networking de ce réseau s’effectue en ‘hors piste’).  ‘Managé’ par des retraités apparemment disponibles, ce réseau conserve un peu de vie, et c’est tant mieux.

Mais  en réalité derrière cette base de données, aucun projet véritable, si ce n’est à terme son extinction par disparition naturelle de ses membres. Pour moi qui m’en suis totalement retiré, j’en ressens l’impression que sa création n’a fait « qu’aseptiser » un plan social déguisé. C’est à partir de 2000 que s’est vidé le réservoir des cadres du BHV : départs naturels à la retraite, mais surtout licenciements individuels à la chaîne, fermeture de magasins…….Ce réseau animé par des retraités heureux (mais surtout pas critiques), sert de jolie vitrine aux dirigeants actuels de l’enseigne. Le nom d’ Amicale des Anciens Cadres BHV (AACB)  collerait mieux à cette compilation de membres qui aiment semble-t-il à ressasser le passé et faire des repas……. Dommage qu’ils n’aient pas eu envie de transmettre leurs savoirs, ni souhaité s’investir dans des actions humanitaires, solidaires, éducatives, ou tutorales….. Mais je sais, et je vous écoute me répondre : la critique est aisée, mais l’art est difficile…..

 

 

Ce contenu a été publié dans Années Bazar, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.